La petite explication du jour

Tous les photographes aguerris connaissent la Loi de Réciprocité, laquelle explique qu’à un couple de lumination donné correspond une série d’autres couples donnant la même quantité de lumière.

Mais, connaissez-vous l’effet Schwarzschild (écart à la Loi de Réciprocité). Pour faire simple, cet effet explique que la Loi de Réciprocité est défaillante lorsqu’on utilise des temps de pose très longs (danger en photo de nuit par exemple).

Cet effet est bien réel et parfois handicapant dans le monde de la photographie argentique.

En revanche, il est inexistant en photo numérique.

Bon à savoir …

Bonnes photos

Publicités

La petite explication du jour

La finalité de l’acte photographique est l’impression de nos images ( et même leur encadrement !).

Plusieurs solutions s’offrent à nous :

Classiquement, l’impression papier peut se décliner de deux façons :

– sur papier RC (plastique) pour des images tout-venant

– Sur papier baryté (le top) pour des images de qualité.

Si vous les traitez vous-même, utilisez une imprimante dédiée à la photo, avec des consommables photos (encres, papiers, …). Un impressionnant choix de papiers est à notre disposition de nos jours.

Si vous les confiez à un laboratoire, choisissez-le en gamme fine-art ou, à tout le moins, spécialisé dans les tirages de qualité.

Plus rares sont les impressions sur toile, sur alu, sur Dibon, etc ….

Bref, une pléthore de possibilités tend les bras au photographe d’aujourd’hui.

Quel que soit votre choix, vous éprouverez une belle satisfaction à ne pas laisser vos plus belles réalisations au fond d’un disque dur.

Bonnes photos

La petite explication du jour

Les objectifs lumineux sont bien évidemment plus performants que les optiques de base.

Il convient cependant de les maîtriser, sous peine d’obtenir des images ne présentant quasi pas de zone nette. En effet, à courte distance et à pleine ouverture, la zone nette devient très réduite.

Qu’est-ce qu’une optique lumineuse ?

– Zoom : 24-70 f:2,8 ou encore 70-200 f:2,8. Il s’agit de zooms à ouverture constante (f:2,8 max sur toute la plage focale).

– Optiques fixes : 50mm f:1,8 ou 1,4, voire plus encore; 85mm f:1,8; etc …

Le photographe ayant pris conscience du confort et de la qualité de ces « cailloux » aura bien des difficultés à utiliser à nouveau des optiques plus basiques.

Bonnes photos

La petite explication du jour

De l’argentique au numérique …

Même si la photographie numérique est devenue la norme, il n’est pas rare que des adeptes de l’image argentique fréquentent nos stages.

Ce sont souvent des experts, équipés d’appareils mythiques, tels que des Hasselblad ou autres Leica.

Pourtant, ces mêmes photographes sont aussi très souvent devenus des experts de lightroom ou autres logiciels spécialisés en photo.

???

Ces amateurs éclairés (ou pros) utilisent du film, le développent, souvent eux-même, et scannent leurs négatifs pour entrer l’image dans la chaîne numérique (à l’aide de scanners de qualité bien entendu).

Je remarque que ces photographes accordent beaucoup plus d’attention à la lumière, aux réglages d’exposition, de la profondeur de champs, et à tous ces petits détails qui visent à la perfection.L’outil argentique est-il meilleur ou plus compliqué ?

Certes non !

Simplement, ils ont gardé ce que nombre de photographes ont oublié : de la patience et une analyse de leur image entière avant de la prendre.

Aussi, j’insisterai que ces derniers points : quel que soit le système que vous avez choisi, prenez le temps de réfléchir, de visualiser et d’analyser votre photo, et ce, avant de la prendre. Vous en prendrez moins, c’est certain, mais la qualité de votre production en sera réellement augmentée.

Bonnes photos

La petite explication du jour

Le flash peut être un ami du photographe ou un … ennemi !

En effet, il demande une certain savoir-faire pour en tirer un maximum d’effet positif.

En premier lieu, il est nécessaire d’en connaître la puissance, afin d’en déterminer la portée.

Cette puissance s’exprime en Nombre Guide (NG). La documentation accompagnant l’engin vous renseignera.

La formule permettant de calculer la portée du flash est : 0 = NG/d. Pour 100 ISO (O= ouverture, d = distance entre le flash et le sujet).

En second lieu, il faut savoir que la qualité de la lumière produite est directement proportionnelle à la taille du tube-éclair. On peut dont en déduire que les flashes intégrés à nos boîtiers produisent une lumière de qualité médiocre.

Enfin, il est utile de pouvoir équilibrer la lumière du flash avec la lumière ambiante, de dompter la synchro lente, etc …

Bref, c’est un outil qui, comme l’appareil photo, demande une certaine habitude et une bonne connaissance de l’acte photo.

Bonnes photos

La petite explication du jour

L’approche du SAC m’incite à aborder le côté artistique de notre belle discipline, de notre Art Photographique.

Les diverses formations visant à comprendre et à utiliser correctement un appareil photographique et ses accessoires, aussi complètes soient elles, ne représentent jamais qu’un côté très technique en la matière.

Et ce côté technique, il faut le maîtriser parfaitement, pour pouvoir … l’oublier !

Profondeur de champs, vitesse, sensibilité, objectifs, lumière, traitement d’images, etc … tout ceci doit être tellement ancré en nous que chaque acte doit être un réflexe au profit de la créativité !

Créativité, le mot est lâché !

Alimentez-là :

Visitez des expositions, de photos, de peintures, de sculptures, etc … , consultez des livres d’auteurs, aiguisez votre esprit et lancez-vous dans la réalisation d’images qui parleront, qui créeront des émotions. Testez, recommencez, finalisez, et vous verrez vos œuvres naître, pour votre plus grand bonheur et celui de vos spectateurs.

Vous êtes en manque d’idée ? Rendez-vous visite au SAC. 400 Artistes vous présenteront leurs œuvres. De quoi alimenter votre imagination.

En attendant … Bonnes photos !

La petite explication du jour

Petit rappel : parlons un peu de la Loi de Réciprocité !

Cette Loi explique qu’à un couple de lumination donné, il existe une série d’autres couples donnant la même quantité de lumière.

Ainsi, si nous prenons un couple de référence, par exemple :

1/125ème de sec pour f:5,6 à 100 ISO = quantité de lumière « X »

Nous pouvons affirmer que :

1/250ème de sec pour f: 4 à 100 ISO donnera la même quantité de lumière « X »

Explication : je laisse passer la lumière pendant deux fois moins longtemps, donc, je compense par une ouverture deux fois plus grande. Ceci, à sensibilité identique bien entendu.

Suivant le même principe, je pourrai trouver d’autres couples donnant la même quantité de lumière.

Mais … cela ne donnera pas la même photo !

Vous voudriez de plus amples infos ? Rejoignez-nous aux cours !

Bonnes photos