La petite explication du jour 

Balance des blancs … température de couleur …
Nous avons déjà abordé ce sujet précédemment.
Mais, comment fonctionnent les pré-réglages : Automatique, flash, soleil, nuage, …. ?
Pour une parfaite compréhension, rappelons que la température de couleur définit la façon dont la lumière est chargée en différentes couleurs. Ceci varie en fonction de l’heure, de la météo ou encore de la source de lumière.
Dès lors, une mesure de la qualité de la lumière est nécessaire. Nos appareils sont équipés d’un thermocolorimètre interne. C’est grâce à cet outil que nous pouvons travailler en balance des blancs automatique.
Il arrive cependant que ce « mesureur » soit pris en défaut. Par exemple lorsque des sources de lumières de différentes natures éclairent notre sujet.


Dans ce cas, nous pourrons travailler en balance des blancs manuelles, soit en mesurant sur une feuille blanche, soit – pour les plus avertis – en choisissant la température Kelvin. Un œil exercé pourra s’en tirer honorablement.
Il reste les pré-réglages : si vous choisissez « soleil », votre appareil choisira une température de couleur adéquate, tandis que pour « nuages », il montera un peu en degrés Kelvin, etc …. Mais il s’agira de réglages standards, non précis à l’unité. Ceci fonctionne malgré tout très bien.
Pour les plus pointilleux, il restera la solution d’acquérir un thermocolorimètre séparé et de mesurer minutieusement … mais cela reste l’exception et ne sera pas toujours (souvent) utile.

Si vous travaillez en RAW, la correction logicielle sera aisée (beaucoup moins en JPEG).
Enfin, ne confondez pas : nous parlons ici de QUALITÉ de lumière et pas de QUANTITÉ. Donc, en balance des blancs, on ne « sur » ou « sous » expose pas.   
La difficulté pour le débutant est une confusion entre ces deux réglages : on peut très bien travailler en manuel pour l’exposition et en automatique pour la balance des blancs (pareil d’ailleurs pour la mise au point).
Bonnes photos