La petite explication du jour

Le week-end dernier, nous étions en exposition à Seneffe, en compagnie de photographes proches de l’Atelier d’Images, dont Catherine, qui est devenue une talentueuse passionnée de photographie macro.

Dans la conversation, elle a expliqué qu’elle aimerait essayer un objectif macro grand-angle.

Je ne résiste donc pas au plaisir de vous montrer ce qu’une telle optique peut apporter à la photographie de petits objets.

L’image annexée a été réalisée avec un équivalent +/- 28 mm macro. Je me trouvais à moins de 10 cm de la coquille.

Pour rappel : un grand angle donne impression de rapprocher (et donc, de grandir) les avants plans et d’éloigner les arrières-plans. Vous aurez compris que les coquilles de moules étaient, en réalité, de très petite taille.

Donc, nous nous trouvons en face d’une optique conjuguant des effets contradictoires : d’une part le grand angle, comme expliqué plus haute, et d’autre part, le macro, qui lui, génèrera un profondeur de champs assez faible.

Voyez surtout l’angle de champs : avec un macro classique, je n’aurais obtenu que l’image de l’avant-plan.

Bonnes photos

Publicités